outillage industriel

Tout savoir sur le contrôle des installations

Le contrôle des installations comprend toutes les mesures visant à coordonner, planifier et contrôler le domaine complexe des tâches de la gestion des installations. La gestion des installations comprend les tâches de planification et d’approvisionnement au début du cycle de vie de l’installation, les mesures d’entretien et d’amélioration à mettre en œuvre pendant toute la durée de vie utile de l’installation, ainsi que les activités de démantèlement et de recyclage (démantèlement et remplacement), y compris le remplacement, qui doivent avoir lieu à la fin du cycle de vie de l’installation dans les entreprises à forte intensité de main-d’œuvre. Dans ce contexte, la gestion des actifs doit être comprise comme un ensemble de tâches couvrant tout le cycle de vie d’une usine, ce qui est très important dans les entreprises industrielles et de services à forte intensité d’actifs. Dans le secteur du bâtiment, le terme « facility management » est utilisé de manière similaire.

Que signifie contrôle des installations ?

Le contrôle des installations signifie beaucoup plus que le simple contrôle des investissements. Ce domaine d’activité bien connu est principalement axé sur le succès, la rentabilité et le contrôle de la fourniture d’installations en fonction de leur valeur.

Comme on le sait, le contrôle des investissements vise principalement à soutenir la planification des investissements par des calculs de rentabilités statiques et dynamiques, mais des instruments spécifiques de contrôle des investissements ont également été présentés ces derniers temps.

Le contrôle des installations, d’autre part, concerne la planification, le contrôle et la coordination de toutes les activités spécifiques à chaque phase de la gestion des installations.

C’est pourquoi les instruments de contrôle des actifs doivent être adaptés aux spécificités des différents domaines de décision en matière de gestion des actifs.

La mise à disposition des installations

Dans la phase initiale de la mise à disposition des installations, il est surtout important de fournir un soutien ciblé pour la planification des installations et un contrôle de projet bien organisé, qui coordonne, accélère et fournit un soutien en matière de politique des coûts pour la construction de nouvelles installations (bâtiments, réseaux, systèmes de production et installations individuelles complexes).

Naturellement, il s’agit avant tout de limiter les besoins en capitaux résultant des dépenses d’investissement et de maintenir l’engagement de capitaux dans la phase de planification du projet au niveau le plus bas possible.

En outre, le contrôle des usines doit également fournir les informations pertinentes pour toutes les décisions concernant la production interne ou l’approvisionnement externe.

Contrôle de la maintenance

Pendant la phase d’utilisation, le contrôle de la maintenance est particulièrement important. Les contrôleurs de la maintenance doivent notamment s’occuper de l’identification et de la systématisation des sources et des causes de défaillance spécifiques à l’installation, de la formulation de stratégies de maintenance appropriées, de la maîtrise des processus de maintenance, de la logistique des pièces de rechange et de l’optimisation des ressources de maintenance et, dans ce contexte, de l’optimisation de la relation entre la maintenance interne et la maintenance externe.

À la fin de la vie utile de la centrale, le contrôle des centrales soutient les responsables chargés de garantir la meilleure utilisation possible des anciennes centrales et une politique de remplacement optimale.

Le contrôle de la maintenance permet d’opérationnaliser le contrôle des investissements et d’assurer le retour sur investissement en alignant toutes les activités de maintenance sur une efficacité optimisée de l’installation.

Dans la poursuite de cet important objectif économique, la gestion des pannes qui a prévalu dans le passé doit être développée davantage en une maintenance préventive cohérente et, en outre, en une optimisation des installations la plus préventive possible.

Cette optimisation permanente des installations doit être organisée comme un processus d’amélioration continue auquel doivent également participer les ingénieurs de maintenance tiers et les organisations de service des fabricants d’installations.

Lors de la mise en œuvre d’une stratégie de maintenance conçue principalement de cette manière, il est important d’élargir en permanence les connaissances sur l’état des plantes.

La maintenance intégrée à la production crée de bonnes conditions pour cela, car elle permet la décentralisation de la responsabilité des usines et le travail d’équipe créatif. Dans ce contexte, le contrôle de la maintenance doit avant tout enregistrer systématiquement les inventaires de connaissances et les rendre facilement accessibles à toutes les parties prenantes.

À cet égard, elle est très concernée par la gestion des connaissances en termes de mise en place d’une organisation apprenante. En outre, le contrôle de la maintenance doit assurer la clarification technique la plus rapide possible des besoins de maintenance liés à des dysfonctionnements et le traitement le plus rapide possible des ordres de maintenance.

Elle doit également coordonner et contrôler la logistique des pièces de rechange et veiller à ce que les capitaux soient immobilisés le moins possible dans les stocks de pièces de rechange et de pièces détachées. Enfin, le contrôle de la maintenance soutient également la gestion externe de l’entreprise.

La coordination du contrôle des installations

Comme le domaine de la gestion des installations est très complexe à plusieurs égards, la tâche de coordination du contrôle des installations joue naturellement un rôle majeur dans la pratique.

À cet égard, la première chose à considérer est l’optimisation des programmes d’investissement et de financement spécifiques aux entreprises. Dans les grandes entreprises, la budgétisation des investissements (budget d’investissement) entraîne des besoins de coordination considérables.

En outre, la coordination des politiques d’investissement et de maintenance est également très importante. Comme vous devez tenir compte de la politique de maintenance qui peut être mise en œuvre ultérieurement lorsque vous planifiez des investissements en capital dans des actifs, il est logique que la gestion de la maintenance soit également impliquée dans les décisions d’investissement.

Cette interaction est particulièrement efficace car elle permet une réduction préventive des besoins de maintenance spécifiques à l’usine. Dans ce contexte, il est important de faire le meilleur usage possible des services offerts par les fabricants d’usines qui font des efforts intensifs pour trouver des technologies fiables nécessitant peu d’entretien dans le cadre de la commercialisation de leurs biens d’équipement.

Il existe également un besoin considérable de coordination à l’interface entre la production et la maintenance, car la gestion de la production s’engage généralement à maximiser les temps de production à valeur ajoutée à court terme, tandis que la gestion de la maintenance doit veiller à ce que les équipements à entretenir puissent être inspectés fréquemment et assez intensivement en dehors des temps de production.

En outre, il convient de souligner la nécessaire coordination des politiques de maintenance et de remplacement et la coordination des ressources de maintenance internes et externes.

Dans la gestion de ses tâches complexes de coordination et de contrôle, le contrôle des immobilisations doit évaluer en particulier les informations provenant de la comptabilité des activités et de la comptabilité analytique des immobilisations, qui doivent être converties en informations sur les flux de trésorerie pour étayer les informations du contrôle des investissements, qui sont généralement basées sur l’ensemble du cycle de vie de l’immobilisation, afin de pouvoir utiliser ces informations dans les calculs d’amortissement sur plusieurs périodes et dans les

Les calculs de rentabilité et de valeur

En raison des interdépendances décrites ci-dessus, il faut veiller à ce que le large éventail d’informations soit combiné dans un système de ratios de gestion des actifs, dont la structure doit être alignée sur le tableau de bord équilibré pertinent propre à l’entreprise. Au niveau supérieur d’un tel système de mesures de gestion des immobilisations, on trouve les mesures pertinentes pour le contrôle des investissements sur l’ensemble du cycle de vie : Montant de l’investissement, coût moyen du capital (WACC), période d’amortissement, valeur actuelle nette, annuité et taux de rendement interne. Les chiffres clés pertinents pour le contrôle de la maintenance ont été systématiquement résumés dans la figure.

Étant donné que le potentiel de rendement des installations à forte intensité de capital dépend dans une large mesure de l’efficacité respective des installations réalisées, les indicateurs de performance doivent fournir des informations sur la pertinence de tous les potentiels d’interférence et sources de perte réduisant l’efficacité.

Lors de l’organisation de ce segment d’information, les paramètres du système d’assurance qualité doivent également être pris en compte. D’autres chiffres clés doivent rendre transparente l’efficacité des processus de maintenance et du déploiement du personnel et fournir des informations sur la composition et la rotation des stocks de pièces détachées.

Des indicateurs de coûts appropriés doivent informer la gestion des actifs principalement sur les niveaux de coûts spécifiques aux processus (taux de coût de la maintenance interne, des prestataires de services et des organes de service) et les conséquences liées aux coûts des différents domaines d’activité (taux de coût de la maintenance lié à la valeur des actifs, coûts proportionnels de la maintenance planifiée), découvrir les structures de coûts (amortissement, coût du capital et taux de maintenance) et attirer l’attention sur les évolutions significatives des coûts (potentiel de réduction des coûts réalisé). L’évaluation comparative fait régulièrement référence aux chiffres clés de la comptabilité par activités. Dans le contexte du contrôle des installations, une telle analyse comparative est principalement basée sur les différentes mesures et processus de maintenance, sur les différentes activités de maintenance fonctionnelles et sur les processus de fourniture de pièces de rechange.

En pratique, les grandes entreprises industrielles exploitent un potentiel considérable de réduction des coûts et d’amélioration de l’efficacité grâce à des études comparatives entre usines et entre entreprises. L’évaluation comparative conçue de cette manière permet d’introduire la concurrence dans les domaines de services internes à l’entreprise qui, autrement, n’opèrent pas en relation directe avec le marché. Cette évolution est très importante pour le contrôle des installations, surtout dans le contexte de la question toujours en suspens de la profondeur optimale du service.

Quitter la version mobile